Théâtre et chocolat chez Chocolatitudes

, par France Nahum Moattychocolatez-vousmembre

Laurence Alemanno nous accueille dimanche matin dans sa boutique toute verte Chocolatitudes pour une activité, pas encore à notre registre : Théâtre et chocolat.
Elle reçoit une troupe, du Théâtre de l’Adret, ou plutôt un couple qui va jouer, mimer, Les Plaisirs de Bouche, une comédie libertine sur la gastronomie et plus particulièrement le chocolat.

Jacqueline et Jean-Claude Barrel du théatre de l’adret

Ces scénettes vont être entrecoupées par des dégustations. Et à peine arrivés, Laurence nous offre un chocolat chaud, préparé par ses soins. Nous avons beaucoup de mal à trouver la composition exacte : Cacao bio assemblage Equateur/Vanuatu, sucre de canne, lait de noisette et galanga.

Puis Laurence nous permet de découvrir une marque toute nouvelle Marou (basée au Vietnam). Nous commençons par un carré de Trinitario, avec une approche toute nouvelle qui est de prendre en main le carré et de le rapprocher très lentement vers le nez, découvrir ses arômes, et le laisser fondre sur la langue.
Il a des notes boisées, acides, un peu d’astringence, des notes de réglisses.

La seconde dégustation se fait avec le même chocolat, mais cette fois en le croquant rapidement et là les arômes du départ ont disparu !
Tout ce procédé pour prendre conscience que l’industrie agroalimentaire veut que l’on mange vite pour y revenir, alors qu’un chocolat dégusté dans les règles de l’art, aura une longueur en bouche qui demandera d’en consommer moins.

Acte 1

Place aux comédiens, Jacqueline et Jean-Claude Barrel, qui commencent à énoncer des textes charmants, d’Edmond Rostand « Cyrano de Bergerac » ou de Charles Baudelaire « Enivrez-vous » ou « Recette du Parfait au chocolat, et de la crème Chantilly » « Marquis et recette chocolatée ».

Différents Équateurs

Laurence reprend en main la dégustation pour nous proposer 4 chocolats d’Équateur différents :

  • Le premier XOCOFIL, est un arriba à 86%, il est corsé et floral.
  • le second de Bouga Cacao, aussi un arriba à 70% est un chocolat fermier, plus brut,granuleux, avec des arômes de jasmin, frangipanier et rose.
  • Le troisième vient de Pralus à 70% aussi, Il a des arômes de café, très torréfié, en attaque, et plus doux, en milieu et fin de bouche.
  • Le dernier est un chocolat au lait à 42% d’une maison suisse Naturata, il a des arômes de caramel.

Acte 2

C’est la reprise du théâtre avec cette fois la diction d’un texte de Ionesco : « l’œuf dur », et de Roger Carineau « l’énigme du chocolatier ».

Pour la dégustation qui accompagne ce deuxième acte, nous goûtons l’œuf praliné de Bonnat, une tartine avec une pâte à tartiner aux noisettes à l’huile de tournesol Frigoulette sur un pain au sésame de chez Arto Carpus.

Acte 3

Enfin troisième acte, des passages de Gargantua, « la sauce aux câpres sans câpres » « Recette de cerises à l’eau de vie » de Pierre Dac « le mot et la chose » de l’Abbé de Latteignant et pour conclure, en hommage à « la fève cacao » un texte écrit par Laurence Alemanno, c’est un éveil aux 5 sens.

Grué et fêve

Nous dégustons en suivant des fèves de cacao, une tablette au grué The Grenada Chocolate Company, un cacao des Caraïbes à 60%, un chocolat typé.
Puis une fève enrobée un Madagascar de chez Pralus, fruité et acidulé, et une tartine de pain aux fruits abricots secs et raisins, beurrée et saupoudrée de fèves arriba torréfiées de Bouga Cacao.

Merci à Laurence qui nous a si bien accueillis et à Jacqueline et Jean-Claude Barral, pour cette mise en scène de très haut niveau.